Attentats à Bruxelles – deux ans après – Un événement d’une ampleur inédite pour les assureurs



By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

(Belga) Le secteur des assurances a reçu des demandes d’indemnisation de près de 1.400 victimes des attentats de Bruxelles. Le coût total pour la soixantaine de compagnies impliquées est évalué à 112 millions d’euros. Les assureurs, qui ont fait face à de nombreuses critiques de la part des victimes, estiment cependant avoir fait preuve de « générosité » en augmentant certaines interventions et tiré des leçons des événements.

Les attentats à Brussels Airport et Maelbeek ont constitué le premier acte de terrorisme d’une telle ampleur en Belgique, souligne le porte-parole du secteur des assurances, Wauthier Robyns. Les dommages ont été largement supérieurs à ceux causés par les Cellules Communistes Combattantes et le Front Révolutionnaire d’Action Prolétarienne dans les années 1980. En outre, les attaques de ces mouvements étaient survenues avant la modification de la législation décidée après les attentats du 11 septembre à New York et de Madrid en 2004. Cette adaptation a permis d’empêcher que le terrorisme ne soit exclu dans une série d’assurances essentielles, ajoute M. Robyns. Dans la foulée du 22 mars, les compagnies ont dans un premier temps fait face à leurs obligations contractuelles qui découlent d’une série d’assurances (accident du travail, assurance spéciale incendie/explosion dans un lieu public, vie, hospitalisation…). Rapidement, le secteur a constaté que certaines choses pouvaient être améliorées. Une procédure de « renvoi systématique » a ainsi notamment été mise en place afin de rappeler aux victimes qu’elles devaient se signaler auprès de l’ensemble des assureurs concernés pour leur permettre de bénéficier de toutes les interventions auxquelles elles pouvaient prétendre, détaille le porte-parole d’Assuralia. Un an après les faits, les compagnies concernées ont décidé, plus ou moins sous la pression du gouvernement, d’accélérer la cadence. « Normalement, les assureurs attendent de voir l’évolution des lésions corporelles avant de régler le préjudice moral », rappelle M. Robyns. « Dans ce cas, Lira la suite

De: Attentats à Bruxelles – deux ans après – Un événement d’une ampleur inédite pour les assureurs