Attentats à Bruxelles – deux ans après – « On s’est senti complètement abandonnés par les autorités »



By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

(Belga) Les victimes des attentats – et plus particulièrement celles qui ne se sont pas retrouvées à l’hôpital à la suite des événements du 22 mars 2016 – se sont senties complètement abandonnées par les autorités, affirme Philippe Vandenberghe, qui a été l’un des premiers à intervenir à Brussels Airport.

Le jour des faits, en arrivant à son bureau sur le site de l’aéroport, M. Vandenberghe, qui dispose d’une formation de secouriste, a entendu une explosion. Il est alors retourné au terminal pour aider les blessés en attendant les pompiers. « La première année après les attentats, ça allait relativement bien, mais je souffre depuis quelque temps de stress post-traumatique qui se caractérise par des dépressions, des troubles du sommeil », explique-t-il, visiblement marqué. « J’ai aussi une impression d’abandon, que les choses vont s’aggraver et que l’on n’en sortira pas. J’essaie d’obtenir de l’aide à l’étranger car il est difficile de trouver des spécialistes en Belgique. » Philippe Vandenberghe, membre de l’association de victimes V-Europe, est toujours remonté contre les autorités. « Au début, elles pensaient que les assurances allaient s’occuper de tout, mais celles-ci ne se sont occupées que du minimum. Les victimes qui n’étaient pas à l’hôpital n’ont reçu aucune aide, on s’est senti complètement abandonnés pendant un an, jusqu’à ce que la commission d’enquête parlementaire ne découvre ce problème. » En échangeant avec des victimes d’autres pays, M. Vandenberghe a constaté « d’énormes disparités » de traitement. « Si l’Espagne est à la pointe, la Suède semble complètement démunie. Malheureusement, la Belgique n’est pas dans la bonne moyenne. » Malgré tout, il n’appréhende pas la date du 22 mars. « Je sais que je serai très affecté, mais je suis plutôt heureux qu’il y ait des commémorations. Je me suis occupé d’un mémorial. Maintenir la mémoire, c’est primordial pour les victimes. Ce sera très pénible mais c’est aussi Lira la suite

De: Attentats à Bruxelles – deux ans après – « On s’est senti complètement abandonnés par les autorités »