L’insubmersible Jacob Zuma au bord du naufrage



By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

Il s’est accroché jusqu’au bout mais la fin est proche. Réputé insubmersible, le président sud-africain Jacob Zuma se retrouve à 75 ans acculé à la démission, piètre épilogue d’un règne de dix ans éclaboussé par les scandales de corruption.

Au terme d’une énième réunion de crise, la direction du Congrès national africain (ANC) a sommé mardi le chef de l’Etat de quitter ses fonctions. S’il veut éviter l’humiliation d’une vote hostile de son propre parti, il n’a guère d’autre choix que de capituler.

Porté à la tête du pays en 2009 par l’espoir d’un changement en faveur des plus défavorisés, il va se retirer sous les huées.

« Il ne fait aucun doute que l’opinion publique est largement favorable au départ de Jacob Zuma », résume à l’AFP l’analyste politique Abdul Waheed Patel, « il a été un boulet pour le pays, pour l’économie et pour son propre parti ».

Triste bilan, que Jacob Zuma, entêté et provocateur, a jusqu’au bout balayé d’un revers de main.

« Pourquoi voulez-vous que je démissionne ? Je n’ai rien fait de mal », a-t-il encore lancé ces derniers jours aux plus hauts dirigeants de l’ANC venus le prier de partir.

Rebaptisé le « président Teflon », tant les accusations ont glissé sur lui, Jacob Zuma fait depuis longtemps figure de miraculé.

Son arrivée à la tête de l’ANC est un modèle du genre.

Fin 2007, il réussit à évincer de la direction du parti Thabo Mbeki qui l’avait limogé de la vice-présidence du pays deux ans plus tôt à cause, déjà, d’accusations de corruption.

Quelques mois plus tard, il se venge en obtenant la tête de son rival, contraint de quitter son poste de chef de l’Etat.

– Scandales –

Juste avant les élections générales de 2009, la justice renonce – très opportunément s’indignent ses rivaux – à poursuivre M. Zuma, accusé d’avoir touché des pots-de-vin lors d’un contrat d’armement avec, entre Lira la suite

De: L’insubmersible Jacob Zuma au bord du naufrage