Des Belges installés en Mongolie racontent leur quotidien: « On est des expatriés, on doit repartir à zéro » (photos)



By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia) Cet hiver, la Mongolie est mise à l’honneur, l’occasion de découvrir le tourisme, la culture et les produits phares de ce pays. Frédéric Moray est parti à la rencontre des Belges qui ont décidé d’y vivre.

Cette année, le « pays du ciel bleu éternel » installera quatre yourtes dans la rue Orts, face à la Bourse. C’est également là que les promeneurs pourront découvrir la culture de ce vaste pays d’Asie, au travers d’expositions d’artisanat local, des musiques, danses et chants traditionnels ainsi que des mets typiques. On connaît peu la Mongolie. Notre pays a d’ailleurs peu d’échanges commerciaux. Deux produits phares tout de même arrivent sur notre marché en provenance de Mongolie: le cachemire et les yourtes. Afin d’en savoir plus sur ce pays, Frédéric Moray a rencontré des Belges qui s’y sont installés.

En Mongolie, le repère des Belges se trouve au Brussels Belgium Beer à Oulan Bator. Une vingtaine de bières spéciales belges, des frites et des boulettes sont à la carte. Il s’agit d’un lieu de cohésion sociale pour Guy Vanschaert. Le brasseur retraité est représentant de l’AWEX, l’agence wallonne des exportations.

« On est des expatriés. On doit se refaire un réseau et repartir à zéro », a confié Guy Vanschaert à Frédéric Moray. Ces Belges n’y sont pas pour faire fortune. Le chiffre d’affaires des exportations belges en Mongolie est proche de zéro. « Dans les magasins on trouve des biscuits, des chocolats, des frites et de la bière, mais tout cela vient via Pékin. Les lois sont très difficiles à intégrer et ça coûte très cher », a ajouté l’homme. Les Belges de Mongolie sont banquiers, représentants de groupes internationaux ou indépendants.

En 20 ans, Robert Thijs a réussi à imposer sa marque de chocolat dans tous les supermarchés locaux. « On achète en Belgique les crèmes et on fait tous les Lira la suite

De: Des Belges installés en Mongolie racontent leur quotidien: « On est des expatriés, on doit repartir à zéro » (photos)