La mortalité infantile reste alarmante dans de nombreuses régions, selon l’Unicef

By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

(Belga) Environ 2,6 millions de bébés décèdent chaque année à travers le monde dans le premier mois qui suit leur naissance, dont un million le jour-même, rapporte mardi le nouveau rapport de l’Unicef sur la mortalité infantile, qui se base sur les statistiques de l’année 2016. Le Japon, l’Islande et Singapour obtiennent les taux les plus bas, tandis que la situation est particulièrement préoccupante au Pakistan, en République centrafricaine et en Afghanistan. La Belgique affiche elle le 164e taux le plus faible sur 184 pays, avec un décès pour 455 naissances.

La mortalité infantile globale est “alarmante”, surtout dans les zones les plus pauvres, écrit l’Unicef. Les pays à faible revenu comptabilisent en moyenne 27 décès de bébés de moins d’un mois pour 1.000 naissances, contre 3 décès pour 1.000 naissances dans ceux à haut revenu. “Alors que nous avons diminué de plus de moitié le nombre de décès chez les enfants de moins de cinq ans lors du dernier quart de siècle, nous n’avons pas fait de progrès similaires pour les enfants de moins d’un mois”, constate Henrietta H. Fore, directrice exécutive de l’organisation. D’après elle, la majorité de ces décès sont pourtant évitables. Huit des dix pays affichant les taux les plus élevés se trouvent en Afrique subsaharienne, où les femmes enceintes peinent à bénéficier de l’assistance adéquate durant l’accouchement à cause de la pauvreté, de conflits ou de la faiblesse des institutions. Plus de 80% de ces décès sont dus à la prématurité, à des complications durant l’accouchement ou à des infections comme la pneumonie et la septicémie. “Ils peuvent être évités grâce à des sages-femmes bien formées, l’accès à l’eau propre et aux désinfectants, l’allaitement maternel, le contact peau à peau et une bonne nutrition”, établit le rapport. L’Unicef lance justement une campagne ce mois-ci pour réclamer Lira la suite

De: La mortalité infantile reste alarmante dans de nombreuses régions, selon l’Unicef

      

Berlinale: le raid israélien d’Entebbe porté à l’écran, sous tous les angles

By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

(Belga) Déjà porté plusieurs fois à l’écran, le raid israélien d’Entebbe pour libérer des otages en 1976 est l’objet d’un nouveau film du Brésilien José Padilha (“Narcos”) qui s’écarte de la seule version militaire pour offrir plusieurs points de vue sur cette opération entrée dans l’histoire.

“Otages à Entebbe” a été présenté lundi soir à la Berlinale (hors compétition), là où le réalisateur avait remporté l’Ours d’or il y a dix ans pour son très musclé et controversé “Troupe d’élite”. “J’ai fait énormément de recherche car l’histoire officielle est du point de vue militaire”, a expliqué Padhila lors d’une conférence de presse. Le raid d’Entebbe a eu lieu dans la nuit du 3 au 4 juillet 1976. Des commandos d’élite israéliens ont mené une opération spectaculaire sur l’aéroport ougandais, libérant les passagers d’un vol d’Air France détourné par des Palestiniens et des Allemands sept jours plus tôt. Fait notable: sur les 250 passagers, les pirates en avaient libéré une partie mais retenu les Israéliens ou ceux de confession juive, ainsi que les membres d’équipage (105 personnes au total). Optant pour une narration éclatée, Padilha s’attache autant aux passagers qu’aux hommes politiques en Israël devant décider de l’action à mener (il filme l’affrontement feutré entre le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le ministre de la Défense de l’époque, Shimon Peres). A l’époque, le gouvernement israélien fit mine de négocier et sembla sur le point de céder aux exigences des pirates de l’air avant d’entreprendre cette opération militaire d’envergure. Le film illustre “combien il est difficile pour un homme politique de négocier”. Et, “dans le conflit actuel (israélo-palestinien) il est difficile de négocier, c’est toujours vrai”, a-t-il souligné. Il s’attarde également sur les preneurs d’otages (deux Palestiniens et deux militants d’extrême-gauche allemands, interprétés par Daniel Brühl de “Good bye Lenin!” et Rosamund Lira la suite

De: Berlinale: le raid israélien d’Entebbe porté à l’écran, sous tous les angles

      

Publifin – Selon le ministre Crucke, la sortie de Resa du groupe Nethys est une excellente avancée

By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

(Belga) Le ministre wallon de l’Energie Jean-Luc Crucke a réaffirmé lundi soir, à l’issue du conseil d’administration de Finanpart ayant décidé la séparation de Resa et Nethys, sa position en faveur d’un GRD (Gestionnaire du Réseau de Distribution) unique sur le territoire wallon.

“La décision prise par le CA de Finanpart, ce soir, est une excellente avancée. La scission de Resa/Nethys et l’annonce de l’ouverture d’un rapprochement avec Ores contribuent activement à un passage vers le modèle souhaité, modèle qui respecte les utilisateurs; les actionnaires et qui préserve totalement l’emploi”, précise le ministre Crucke. Ce dernier a ajouté, en vue d’obtenir des avancées concrètes sur le dossier, qu’il demandera aux principaux acteurs de remettre un rapport et un agenda pour le vendredi 16 mars. “Cela permettra de baliser le chemin ouvert aujourd’hui vers un rapprochement Ores/Resa”, a-t-il conclu. Réuni lundi soir, le CA de Finanpart a, outre sa dissolution, voté la sortie de Resa du groupe Nethys et décidé qu’il convient dès lors d’examiner toutes les hypothèses de fonctionnement, y compris le rapprochement avec Ores. Il a également été décidé de procéder à un renforcement des pouvoirs du CA de Nethys vis-à-vis du management. (Belga)

Lira la suite

De: Publifin – Selon le ministre Crucke, la sortie de Resa du groupe Nethys est une excellente avancée

      

Pérou: un tribunal ordonne un nouveau procès contre Fujimori, récemment gracié

By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

(Belga) Un tribunal péruvien a ordonné que l’ex-président Alberto Fujimori (1990-2000), récemment gracié, soit à nouveau jugé, pour le meurtre de six paysans en 1992, ont annoncé lundi les autorités judiciaires.

Dans ce dossier, “le droit à la grâce pour raisons humanitaires de l’ex-président Alberto Fujimori ne s’applique pas”, ont indiqué les autorités judiciaires sur Twitter, alors que l’ancien chef d’Etat, qui purgeait une peine de 25 ans de prison pour crimes contre l’humanité et corruption, a été gracié le 24 décembre. (Belga)

Lira la suite

De: Pérou: un tribunal ordonne un nouveau procès contre Fujimori, récemment gracié

      

Publifin – Dissolution de la filiale intermédiaire Finanpart et sortie de Resa du groupe Nethys

By rtlnewmedia@rtl.be (RTL NewMedia)

(Belga) Le conseil d’administration (CA) de Finanpart, filiale intermédiaire entre l’intercommunale Publifin et la société Nethys, s’est prononcé lundi soir en faveur de la dissolution de ladite filiale par dix voix pour et une abstention. Le CA a également voté la séparation de Resa de Nethys, a confirmé le CA de Finanpart dans un communiqué.

La dissolution de Finanpart désormais actée, Publifin devient l’assemblée générale de Nethys. La sortie de Resa du groupe Nethys étant également inscrite à l’ordre du jour, il s’agit désormais d’examiner toutes les hypothèses de fonctionnement, y compris le rapprochement avec ORES. Le CA de Finanpart s’est également prononcé en faveur de la révision de la convention Publifin-Nethys en matière de gestion. Il a, en outre, décidé du “soutien de Publifin par l’engagement d’une équipe de management spécifique afin d’accompagner le conseil d’administration de Publifin”. Selon un consensus intervenu durant le week-end entre le PS, le MR et le cdH, le sort du controversé CEO de Nethys, Stéphane Moreau, n’est pas censé être tranché avant le 31 mars prochain. Stéphane Moreau reste donc en place. Aussi, le CA de Finanpart demande au CA de Nethys, qui se réunira mardi matin, de procéder à la révision, pour le 31 mars, des délégations de pouvoir au management de Nethys et au renforcement des pouvoirs du CA en question. Ce qui implique que toutes les décisions stratégiques doivent désormais être adoptées par le CA. Le CA de Finanpart demande également au CA de Nethys d’appliquer le futur décret du gouvernement wallon sur la gouvernance et la transparence des mandats et des rémunérations dans les intercommunales, notamment en matière de rémunérations et le plafonnement à 245.000 euros. (Belga)

Lira la suite

De: Publifin – Dissolution de la filiale intermédiaire Finanpart et sortie de Resa du groupe Nethys